Barcelone en 3 heures

Joindre Barcelone en 3 h 12 c’est à nouveau possible depuis hier et jusqu’en septembre. À partir de 35 € l’aller. Une liaison surtout touristique, à fort potentiel, selon la Renfe-SNCF et So Toulouse. Si la LGV patine entre Bordeaux et Toulouse, les trains de la «Renfe-SNCF en coopération» roulent, eux, à grande vitesse, côté catalan. Depuis hier matin, la saison du Toulouse-Barcelone direct à grande vitesse a repris. Et ceci pour six mois, comme l’an dernier, jusqu’en septembre. Les capitales de l’Occitanie et de la Catalogne sont reliées grâce à un aller et retour quotidien en 3 h 12 (plus de 200 km à grande vitesse entre Perpignan et Barcelone). Bien moins qu’il n’en faut pour relier Paris depuis la Ville rose (pas loin de six heures aujourd’hui et 4 h 30 en juillet avec le TGV Paris-Bordeaux). Le premier train de la saison pour Barcelone est parti hier matin de la gare de Matabiau à 8 h 03 précises. Il est arrivé à 11 h 21 en gare de Barcelone après avoir fait halte à Carcassonne, Perpignan, Figueras et Gérone. Le voyage retour démarre à 18 h 30 de Barcelona-Sants pour une arrivée à Matabiau à 21 h 42. À noter que quatre allers et retours existent aussi chaque jour entre les deux villes avec correspondance à Narbonne (3 h 40 à 4 h 10 de voyage). La Renfe et SNCF, les deux sociétés nationales de chemin de fer, ont créé une filiale, Elipsos Internacional, pour exploiter en commun, de part et d’autre des Pyrénées, les liaisons entre Toulouse, mais aussi Paris, Lyon ou Marseille et Barcelone. «Le TGV ou AVE entre Toulouse et Barcelone, qui relie les deux centres-villes, est plus compétitif et écolo que l’avion ou que le car et a un fort potentiel de développement», précise Yann Monod, directeur général d’Elispsos : «On va augmenter, cette saison, la capacité de nos trains, avec 509 passagers par trajet contre 347 en 2016, cela représente +46 %. Et on va multiplier les prix d’appel à 35 €, à condition de s’y prendre un peu à l’avance». L’an dernier, les voyages de la ligne ont affiché une croissance de 10 % par rapport à 2014, année de lancement, avec 40 000 voyages Toulouse-Barcelone (20 000 allers et retours). Reste que ce volume (sur six mois) ne représente que 2 % du volume global des liaisons entre Paris, Lyon, Marseille et Toulouse avec la capitale catalane. Montpellier par exemple voit passer 4 à 6 allers et retours par jour pour Barcelone…

Comments are closed.